Rechercher

The Super league - l'avis d'Adri !

Dernière mise à jour : août 24

“Sport Business ? On y est depuis des dizaines d'années et personne ne dit rien. La coupe du monde au Qatar en est un exemple. Malgré toutes les réactions qu'elle a provoquées, personne n'a réagit pour autant. Ce n'est pas ce que j'aime mais on y est et ça ne changera pas.”

C'est l'heure du MONEY TIME d'Adriano sur le sujet brûlant du moment : La Super League !

Cette Super League, on entend que ça depuis hier soir et on doit s’attendre à le lire plus souvent que les termes "Covid" ou "confinement". Le football business marque à la 93e dans son match face au football que nous aimons et connaissons. Mais si c’était plutôt le football que l’on croit connaitre ? Ce goal à la 93e n’est peut-être pas celui du 1-2 mais celui du 10-0. Je m’explique. Tout d’abord, voici un rappel du principe de cette compétition. 15 clubs fondateurs et toujours présents. 5 clubs invités ou méritants (pas plus de précision actuellement – lundi 19 avril 2021). 2 groupes de 10. Les positions au classement amènent à une qualification en quart de finale. Les matchs se jouent en semaine.

Mais deux choses sont vraiment intéressantes. Ça annonce des matchs de folie et surtout des centaines de millions de gains pour chaque équipe participante. Les débats vont exploser sur les réseaux sociaux tant ce principe peut partager. Voici d’après moi, une liste des avantages et des inconvénients. J’aimerais préciser que nous ne connaissons que les grandes lignes de cette compétition et que des nouvelles informations pourraient faire changer d’opinion plusieurs personnes.

➤ Avantages :

- Financier pour les participants (du coup meilleurs joueurs, meilleure équipe, ..)

- De très beaux matchs pour les fans

- Mettre à mal l’UEFA qui s’enrichit et dont certains membres ont souvent été reconnus coupables de gestion frauduleuse

- Remise à flot d’anciens clubs phares qui galèrent avec le Fair-play Financier (Arsenal, Milan, …)

- La possibilité d’inviter des clubs ce qui enlève un peu le côté élitiste de cette compétition.

- Donne la possibilité à d’autres clubs de gagner la LDC

➤ Inconvénients :

- Les fondateurs y sont et y restent. Donc tu peux finir dernier toutes les saisons et gagner des centaines de millions.

- La forme des joueurs. Encore des matchs en plus. Ce sont des humains, pas des robots.

- Malgré les 5 invités, ce principe de 15 fondateurs gardent un côté élitiste.

- Les fondateurs seront beaucoup trop avantagés sur leurs adversaires non participants. C’est plus facile de gérer son championnat si on a 300 millions en plus par saison.

- Diminue l’importance/la gloire de gagner la LDC.

Maintenant, rentrons dans le thème et abordons cette confrontation entre sport et business. La création d’une telle compétition n’annonce pas la fin du football (à voir en fonction des nouvelles directives dans les jours qui viennent) mais est une nouvelle preuve de la place trop importante de l’argent dans ce sport. Pour moi, le football disparait de plus en plus depuis déjà trop d’années. Que ce soit le transfert de Neymar en détournant le FPF qui a déréglé tous les prix des joueurs, l’acceptation de la coupe du Monde en plein mois de décembre, au Qatar où il n’y avait même pas de stade (et on sait tous les conséquences) ou la suppression du FPF qui va déjà créer un écart entre riches investisseurs et autres clubs, les exemples sont légions.


Maintenant, d’où vient ce problème ? Est-ce vraiment les riches qui ont volé le football au peuple ? Non. Toutes les personnes dans le football, que ce soit dans le pro ou en amateur, sont responsables de cette importance de l’argent. C’est pour cela que j’ai affirmé tout au début, que l’on croit connaitre le football. Prenons en exemple un jeune joueur. Ici je vais donner des chiffres en lien avec le football en Belgique mais qui ne doivent pas être très différents ailleurs.

Un jeune joueur veut s’inscrire dans un club amateur. On va imaginer un joueur de 9 ans pour l’exemple. Combien va-t-il payer par an ?

- La cotisation : 150€ (peut aller jusque 3 à 4 fois plus dans certains clubs)

- Une paire de chaussures : entre 50 et 100€ parce que on veut les mêmes chaussures que Messi (à changer tous les ans).

- L’équipement : 50€/équipement minimum. Et vu qu’on aime Ronaldo, , De Bruyne, Mbappe et Lukaku, ça nous fait 4 équipements. Donc minimum 200€ pour des équipements que l’enfant gardera 1 saison.

- Et je ne parle pas des autres indispensables (équipement de saison, plusieurs chaussures, …).

On arrive à 400-500€ minimum par an de dépenses. Pour un jeune de 9 ans en football amateur. On n’est déjà plus dans un sport « populaire ».

Je parle ici des enfants, mais nous adultes, c’est pire !

- On achète des équipements de nos clubs favoris pour rester chez nous devant Netflix. La notion de sport n’est même plus présente.

- Et pour les footballeurs du monde amateur qui changent de club parce qu’ils vont gagner 30€ en plus par match ?

- On râle sur les réseaux sociaux mais on sera tous devant nos écrans pour le mondial au Qatar, pour les matchs de Super League.

Le football est un sport populaire, accessible à tous. Il suffit d’un ballon et 2-3 joueurs pour s’amuser. Mais au vu de ce qui est dit plus haut, cette notion d’accessibilité disparait assez vite. On ne peut donc pas en vouloir à « ces riches » de se faire plaisir. Ils gagnent 100x, 1000x plus que nous, normal qu’ils dépensent par an 100x, 1000x plus que nous. Et c’est de là que vient le problème, de nous, amoureux de ballon rond. Parce qu’ on accepte et participe à cette transformation de ce sport en business. Que ce soit le formateur U15 qui ne fait pas beaucoup jouer un de ses joueurs parce qu’ il est plus faible et qu’il ne lui fera pas gagner son championnat, que ce soit ses parents qui offrent 3-4 équipements complets par saison à leurs enfants, que ce soit ces jeunes qui veulent quitter leur club formateur pour gagner plus d’argent à l’âge adulte, ou nous qui regardons tous ces matchs et acceptons ce qui se passe, … Nous sommes aussi coupables que Perez dans la création de cette Super League. Nous sommes presque aussi coupables que la FIFA dans la mort de tous ces gens au Qatar…

Maintenant, pour revenir à cette Super League et terminer l’article, est-ce une bonne ou mauvaise chose pour le football ? Je ne saurais pas dire.

Prenons les U.S.A et leur gestion des sports par exemple. Ils ont la NBA, la MLS et la NFL. Les équipes qui les composent ne descendent jamais en division inférieure, et ce, quel que soit leur classement ! C’est un principe de compétition et de gestion qui donne la possibilité à chaque équipe d’avoir les mêmes chances de gagner. Et ça fonctionne très bien ! En Europe, il y a trop d’équipes pour appliquer ce schéma. Nous verrons d’ici un mois, voire un an, ce que nous réserve cette nouveauté. Notre seul espoir… que le football reste le plus possible le football que l'on aime !

3 vues0 commentaire